Développement de l'enfant Parentalité Parentalité positive

Un article de loi retiré, mais en avons-nous vraiment besoin pour avancer ?

Aujourd’hui, nous venons d’apprendre que le Conseil Constitutionnel a retiré l’article 222 de la loi Egalité et Citoyenneté voté le 22 décembre 2016 dont je vous parlais ici .

« Enfin, s’agissant du respect de la procédure législative, le Conseil constitutionnel, en application de sa jurisprudence, a censuré 36 articles qui avaient été introduits par amendement en première lecture sans présenter de lien, même indirect, avec le projet de loi initial (« cavaliers ») : sept étaient contestés à ce titre par les requérants (articles 64, 80 et 91, paragraphe XIV de l’article 117 et articles 191, 192 et 222) et vingt-neuf ont été soulevés d’office par le Conseil (articles 11, 13, 14, 15, 16, 31, 42, 44, 45, 46, 47, 48, 49, 50, 51, 52, 69, 110, 112, 119, 126, 145, 163, 169, 203, 204, 209, 210 et 220). »

Cet article était une grande avancée dans la protection des enfants. Les protéger dans leur intégrité physique et psychologique est une priorité et un devoir pour les adultes. L’objectif de la loi était une interdiction symbolique des violences éducatives ordinaires, pour favoriser une prise de conscience et changer l’attitude des adultes envers les enfants.

Notre gouvernement en a décidé autrement. Est-ce une raison pour ne pas avancer sur ce chemin de la bienveillance éducative ? Est-ce une raison pour ne pas voir que d’autres pays s’en passent et que les parents arrivent à élever leurs enfants autrement ? Pourquoi les français n’y arriverait-ils pas ? Pourquoi auraient-ils besoin d’une loi ?

Combien de parents donnent une fessée, crie, ou ont des attitudes qui les font culpabiliser ensuite ? N’est-ce pas la une preuve qu’ils aimeraient faire autrement ? Que leurs actes n’est pas en adéquation avec les valeurs ?

Je me fiche* que cette loi passe ou non. Je me fiche de ce que le conseil constitutionnel peut voter ou accepter. C’est nous qui sommes au cœur des famille. C’est nous qui sommes avec nos enfants. C’est à nous d’avoir envie de modifier nos comportements. Nous ne devons pas agir parce que nous avons une pression due à une loi . Nous devons agir parce que notre cœur nous le dicte. Parce que nous savons que ces méthodes sont néfastes pour nos enfants.

Alors oui, dans certaines situations c’est difficiles. Oui la fatigue, le stress ou encore l’éducation reçue n’aident pas les parents. Le chemin de l’éducation respectueuse va durer toute une vie. A chaque étape le parent apprend.

Nous sommes là pour vous aider. Ce n’est inné pour personne, ou peu de gens. Des associations sont là. Avec mes amies, nous avons choisi de vous accompagner avec notre projet POUSSES D’ACACIA car nous avons conscience qu’il est nécessaire de pouvoir échanger, d’être écouter sans être jugé, d’avoir un soutien pour y voir plus clair et trouver les bons outils pour retrouver une harmonie familiale.

Alors même si cet article a été retiré de la loi et que symboliquement ça fait mal, très mal, ce n’est pas ça qui doit arrêter les français d’avancer et d’éviter les violences éducatives ordinaires.

*quand je dis que je me fiche que cette loi passe ou non, c’est dans le sens où nous ne devons pas attendre après le passage de cette loi pour faire changer les choses, et modifier notre vision de l’éducation. bien sûr que cette loi est importante pour éviter les cas de maltraitance et pouvoir les punir.

 

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager. Pour lire les prochains, pensez à vous abonner (en haut à droite du blog heart-facebook). Et pour poursuivre l’aventure, c’est par ici Facebook ,  Instagram et twitter

 

Share

Ceci peut vous intéresser :

Aucun commentaire pour l'instant, à vous !

Laisser un commentaire

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Centre de préférences de confidentialité

Necessary

Advertising

Analytics

Other

Consentement

Vous avez lu et vous êtes d'accord avec la politique de confidentialité